Perpignan / quartier gare : la maison Combe-Jacomet sera-t-elle détruite ?

Dans le cadre de la restructuration de l’école J-J Rousseau, la ville avait acquis en 2012 cette belle demeure, fin XIXe siècle, en vue de la démolir pour l’extension du groupe scolaire. Face à la levée de boucliers des habitants du quartier, le maire avait dû renoncer, puis remis en vente ce bien. Or, voilà, depuis quelques jours, le panneau « à vendre » a été retiré et le bruit court qu’elle va être démolie (le permis de démolir est d’ailleurs très certainement encore valide), pour la transformer en jardin. Monsieur le maire, dites nous que ce n’est pas vrai !

L’ASPAHR soutient l’association Perpigare pour que cet « immeuble remarquable » (dixit le site internet de la ville), soit conservé et réhabilité.

 

Quelques points d’histoire sur les origines possibles de la maison Combe-Jacomet, 6 rue Courteline à Perpignan.

« La maison a sans doute été construite par le couple Joseph Hippolyte COMBE [né le 11/10/1842 à Montoison (Drôme), fils de François COMBE, propriétaire, et de Marie DALBOUSSIÈRE]  et Marie Alphonsine Félicité JACOMET [née le 10 juin 1856 à Prades, fille de Joseph JACOMET, employé des chemins de fer, et de Marie ASPRER de BOAÇÀ].

Joseph Hippolyte COMBE était ingénieur des mines. Son épouse était « représentante de la Compagnie des Mines de Graissessac à Perpignan », rue Valette. »

Renseignements fournis par Sylvain Chevauché ; merci à lui.

 

Il y en a assez de la destruction du patrimoine historique à Perpignan !

 

Jean-Bernard Mathon

Le 28.06.2018

Une réflexion au sujet de « Perpignan / quartier gare : la maison Combe-Jacomet sera-t-elle détruite ? »

  1. A TOUS CEUX QUI SE MOBILISENT

    Merci à tous ceux qui se mobilisent pour sauvegarder le patrimoine de Perpignan. Merci aux personnalités, aux élus et aux architectes, merci à tous les citoyens qui interviennent dans l’espace public. Nous les soutenons parce qu’ils sont courageux, parce qu’ils aiment leur quartiers, ses habitants. Ils pensent profondément au cadre de vie et pensent aussi aux générations futures qui pourront être fiers des initiatives prises par leurs aînés. Merci à l’ASPAHR de nous donner une conscience patrimoniale pl us grande !

    André Malraux vous aurait remerciés très chaleureusement et aurait été lui aussi très fier de chacun de vous.

    Pierre Coureux
    Fondateur des Amitiés Internationales André Malraux
    http://www.andremalraux .com
    L’association des AIAM a été partenaire officiel de la commémoration organisée à Bordeaux, les 15, 16 et 17 novembre 2012 par le ministère de la culture et de la communication (MCC) pour les 50 ans de la loi Malraux.

Laisser un commentaire