Destruction du cimetière et du village médiéval d’Orle à Perpignan (route de Toulouges) [communiqué de presse commun avec l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales (AAPO)]

Communiqué de presse

L’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales (AAPO) et l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Artistique et Historique du Roussillon (ASPAHR) communiquent :

 

Destruction du cimetière et du village médiéval d’Orle,

à Perpignan (route de Toulouges)

 

Depuis quelques jours les pelles mécaniques sont à nouveau à l’œuvre à Perpignan pour détruire une part irremplaçable de notre patrimoine.

Au bord de la route de Toulouges, juste après l’usine Cémoi, une vieille église romane est le dernier vestige visible d’un village qui existait avant Perpignan. Des sondages archéologiques avaient montré en 2013 et 2015 que tout autour de l’église les tombes du cimetière étaient encore là, certaines remontant au IXe siècle, au temps de Charlemagne où ce village était pour la première fois cité. Des murs de maisons et des fossés de la cellera médiévale et d’un village fortifié, possession des Templiers, avaient été observés.

Eglise Saint-Etienne d’Orle

Comme un vaste projet immobilier, lié à Saint-Charles, concernait l’arrière du site, où les vestiges étaient moins importants d’après les fouilles de l’INRAP en 2016, il avait été convenu avec les aménageurs qu’en échange  de la préservation des environs de l’église et de la partie encore existante du village, le reste, un peu plus loin, pourrait être loti, pour ne pas bloquer les constructions. Une « reserve archéologique » pourrait être créee autour de cette église méconnue, mais… fi de la parole donnée ! Fi du patrimoine ! Fi de notre histoire ! Les tombes et le vieux village viennent d’être détruits.

Déjà toute la partie nord du cimetière et du village avait été détruite lors de la construction, sans surveillance, d’une station service et de ses cuves enterrées, et cela continue. Pierre Ponsich, fondateur de l’ASPAHR, avait jadis attiré l’attention sur ce site, et depuis les archéologues ont confirmé ses intuitions sur sa richesse archéologique. La Mairie et la Préfecture savent tout cela… mais rien n’arrête les pelleteuses !

Jusques à quand laissera-t-on continuer ce saccage ?

6 réflexions au sujet de « Destruction du cimetière et du village médiéval d’Orle à Perpignan (route de Toulouges) [communiqué de presse commun avec l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales (AAPO)] »

  1. La Révolution et la Terreur, les guerres ont épargné ce lieu chargé d‘histoire. Au nom de l‘interet général, il est décédé de démembrer et défigurer ce site. Cette mutilation sera irréversible. Ces ancêtres qui bâtirent cette église et au fil du temps le village,qui vous ont légué un patrimoine, sont au nom.du mondialisme économique, morts une seconde fois, alors que leurs dépouilles avaient légitimement le droit de reposer en paix dans cette parcelle de terre consacrée….

  2. Comment s’en étonner !! « Ils » n’ont pas hésité , FA TEMS, à détruire les remparts de Perpignan!! L’argent, l’argent, l’argent …😡😡😡

Laisser un commentaire